Les sources de l’hypersensibilité

sources hypersensibilite
9 min de lecture

Quelles sont les sources de l’hypersensibilité ?

Lorsque je parle des sources de l’hypersensibilité, je fais référence aux origines de celle-ci. Est-elle permanente ? Peut-elle être transitoire ? Ses sources sont-elles génétiques ou environnementales ?

Les sources de l’hypersensibilité sont-elles les mêmes pour toutes les personnes ?

J’ai d’ores et déjà envie de répondre NON à cette question ! Mais je n’en dis pas plus et je te laisse lire cet article !

L’hypersensibilité peut-elle être transitoire ?

Je ne dirais pas que l’hypersensibilité est transitoire. En effet, comme nous l’avons vu dans l’article sur les caractéristiques de l’hypersensibilité, la haute sensibilité ne signifie pas seulement être plus sensible que la moyenne. Certes, c’est une sensibilité émotionnelle et/ou sensorielle plus élevée, mais pas que ! C’est aussi un fonctionnement cognitif différent, une empathie exacerbée pour certains, une grande sensibilité des sens pour d’autres.

Je dirais plutôt que chaque personne connaît au cours de sa vie des moments où elle se sent plus sensible, plus à fleur de peau, plus à vif. Elle fait preuve, à un moment de sa vie, d’une sensibilité plus élevée que celle en temps normal. C’est notamment le cas lorsqu’elle fait face à certains événements ou circonstances particulières (deuil, déménagement, rupture, grossesse…). 

Par ailleurs, le surmenage, les traitements médicamenteux ou encore l’épuisement peuvent avoir de réelles conséquences sur l’humeur et la sensibilité. 

Ainsi, pour moi, l’hypersensibilité ne peut pas être transitoire. Je considère plutôt qu’une personne peut présenter, au cours de sa vie, une sensibilité plus élevée. Pour autant, lorsque l’événement ou la circonstance qui l’ont conduit à faire preuve de cette sensibilité est passé ou accepté, cette personne verra son seuil de sensibilité diminuer, jusqu’à se rapprocher de son seuil habituel ou y revenir.

Pourquoi l’hypersensibilité est-elle permanente ?

L’hypersensibilité est permanente car elle est, en partie, innée. Cela signifie, dans ce cas, qu’elle se constitue pendant la vie intra-utérine et se développe dès la naissance. 

L’explication génétique

En effet, des spécialistes considèrent que certaines origines de l’hypersensibilité seraient de nature génétique. Dans une interview donnée sur Europe 1, Saverio Tomasella, psychanalyste, docteur en psychopathologie et spécialiste de l’hypersensibilité apporte une explication scientifique. D’après une étude, “il y a un gène de l’utilisation de la sérotonine, qui aurait une branche différente pour les personnes hautement sensibles, et qui pourrait prédisposer à plus de dépression, d’anxiété, voire plus de tendance suicidaire”. 

Pour mieux comprendre ce que cette étude démontre, allons un peu plus dans le détail.

Concrètement, la sérotonine est un neurotransmetteur qui permet la transmission entre deux neurones. Elle est aussi appelée « l’hormone du bonheur ». Comme l’explique le Docteur Fouré, médecin généraliste à La Rochelle, la sérotonine « agit sur le système nerveux central et induit différentes actions, notamment dans la régulation de certains comportements comme l’humeur ou l’émotivité ». Elle peut alors causer de la souffrance morale et de la dépression lorsqu’elle n’est pas assez produite dans le cerveau.

Cette carence en sérotonine explique également pourquoi notre humeur change si souvent au cours d’une journée et pourquoi nos émotions sont parfois si intenses ! Moins il y a de sérotonine dans le cerveau, plus l’humeur est instable et plus les émotions sont difficiles à réguler.

J’ai essayé d’expliquer cela de façon très simple sans rentrer dans les détails techniques. Si ce sujet t’intéresse, je t’invite à regarder la vidéo de Connect the Dots à ce sujet. Je rédigerai également un article pour te permettre de mieux comprendre le cerveau d’un hypersensible.

⚠️ Même si certaines origines de l’hypersensibilité seraient de nature génétique, il n’existe pas, pour autant, de gêne de l’hypersensibilité. Autrement dit, l’hypersensibilité n’a pas que pour source la piste génétique. Certes, des études ont pu démontrer que des gènes tels que la sérotonine ou la dopamine pouvaient avoir des conséquences sur cette haute sensibilité, mais aucune n’a pu démontrer de particularité génétique expliquant le moindre « trouble mental » ou une quelconque spécificité psychique comme l’explique Saverio Tomasella dans le livre L’hypersensibilité pour les nuls.

C’est pourquoi, l’étude sur la sérotonine nuance en insistant sur la part significative que représente l’influence de l’environnement. En effet, l’évolution de l’hypersensibilité et son degré d’intensité, de l’enfance à l’âge adulte, dépendent en très grande partie de l’environnement dans lequel la personne évolue et des influences possibles de la société.

C’est pour cette raison que l’hypersensibilité ne peut avoir de définition officielle, ni de caractéristiques définies. Même si certaines caractéristiques sont communes à une haute sensibilité, chaque sensibilité est unique car elle dépend majoritairement de l’environnement dans lequel la personne a évolué.

Au sein de cet environnement, plusieurs facteurs vont impacter directement ou indirectement son développement et ses manifestations.

Il convient donc pour comprendre les sources de l’hypersensibilité, d’analyser les facteurs.

Les facteurs sources d’hypersensibilité au sein de l’environnement.

Pour moi, les facteurs sont les influences, les événements ou encore les comportements auxquels la personne prédisposée à être hypersensible se confrontent au cours de sa vie. Ces derniers peuvent impacter sa sensibilité de manière significative.

Attention, je tiens toutefois à rappeler que les facteurs que je vais t’énumérer sont des pistes ! Les sources de notre hypersensibilité ne se trouvent pas forcément au sein de chacun de ces facteurs ! Il est possible d’avoir eu une enfance épanouie au sein d’un environnement calme et ressourçant et être quand même hypersensible. 

Les origines de notre hypersensibilité ne dépendent pas toutes du même facteur.

Derrière chaque personne qui présente une grande sensibilité, se cache une histoire différente !

Plusieurs facteurs peuvent avoir des conséquences sur l’évolution plus ou moins élevée de la sensibilité. Je me suis concentrée sur certains d’entre eux. Je les ai classés en deux catégories:

  • Le comportement de l’entourage face aux manifestations de l’hypersensibilité
  • Les événements traumatiques et les blessures de l’âme

Le comportement de l’entourage face aux manifestations de l’hypersensibilité

Le comportement de l’entourage face aux manifestations de l’hypersensibilité joue un rôle important dans l’évolution de celle-ci, et notamment dans la capacité de la personne à l’accepter.

L’entourage: 

  • Accepte-t-il cette différence ou tente-t-il plutôt de la réprimer ? 
  • Valorise-t-il la sensibilité ou la considère-t-il plutôt comme une fragilité ? 

Quelles que soient les croyances, ces dernières seront en grande partie adoptées par l’enfant lui-même. Dès lors, si la sensibilité d’un enfant n’est pas acceptée par ses proches (parents, famille, amis, professeurs…), il lui sera très difficile de l’accepter. Il lui sera encore plus difficile de la considérer comme une force. Ne pas l’accepter, c’est ne pas s’accepter. L’estime de soi est alors déjà bien entachée. 

Par peur d’être rejeté, l’enfant masquera très probablement sa sensibilité et se cachera derrière une personnalité qui n’est pas la sienne. Il portera ce masque pour ne pas se confronter aux critiques et jugements de ceux auxquels il s’identifie.

Mais refouler sa sensibilité, c’est reculer pour mieux sauter. Tôt ou tard elle refera surface. Alors autant apprendre aux enfants, dès leur plus jeune âge, à faire de leur sensibilité, une supersensibilité

Les événements traumatiques et les blessures de l’âme

Les événements traumatiques vécus par la personne prédisposée à être hypersensible, au cours de son enfance et adolescence, auront un impact conséquent sur l’évolution de sa sensibilité et son degré d’intensité.

En effet, comme l’explique très bien Saverio Tomasella, dans cette même interview, même si l’hypersensibilité est une prédisposition génétique, un enfant qui aurait ce type de génétique et qui grandirait dans un environnement serein, calme et rassurant ne développerait pas une tendance à l’anxiété. Cette tendance se développera surtout dans les environnements très stressants au sein desquels pourront éventuellement se produire des événements traumatiques (misère, alcool, violences conjugales, drogue, anxiété…).

Si ces événements ont un rôle si important dans l’évolution de l’hypersensibilité, c’est parce qu’ils réveillent des blessures déjà présentes et en activent des nouvelles. Ces blessures vont alors impacter, plus ou moins intensément, la sensibilité d’une personne. 

Je ne dis pas que ces blessures n’ont aucune conséquence sur les personnes qui ne sont pas hypersensibles, loin de là ! Elles peuvent être très douloureuses à supporter et sources de nombreuses peurs.

Seulement, de par leur fonctionnement cognitif, les personnes hypersensibles ont une plus grande disposition à l’anxiété, à la rumination, à la dépendance affective. N’oublions pas non plus que l’hypersensibilité repose sur un phénomène d’amplification qui agrandit tout à l’intérieur de nous. Les peurs que causent ces blessures seront alors amplifiées, accentuées.

Ces blessures, si elles ne sont pas soignées, seront réactivées chaque fois qu’une situation semblable à l’événement traumatique qui l’a causée se produira chez la personne. Par exemple, dans le cadre d’une blessure d’abandon, chaque nouvelle relation amoureuse sera synonyme de souffrance car la peur d’être abandonnée sera réactivée.

De plus, il a été démontré que les traumatismes perturbent la production de sérotonine. En découlent toutes les conséquences que nous avons vu précédemment. Les études ont prouvé que le taux de sérotonine pouvait varier en fonction des différents événements que l’individu a vécus.

Les traumatismes vont également avoir de nombreuses conséquences sur le plan physique et psychique de la personne : production continuelle d’hormones de stress, hypervigilance, hyperactivité du système nerveux, modification du fonctionnement cérébral, activation élevée de l’insula (zone du cerveau qui traite les informations sensorielles des organes internes)…

Par ailleurs, il est indéniable que les événements qui ont lieu dans le cadre de la périnatalité ont des conséquences importantes sur l’hypersensibilité et ses manifestations.

Je reviendrai plus en profondeur sur ces sujets dans un prochain article !


Conclusion personnelle de cet article sur les sources de l’hypersensibilité

Les sources de l’hypersensibilité sont nombreuses tant il existe de facteurs qui peuvent l’impacter directement ou indirectement.

Personnellement, au regard des différentes recherches que j’ai effectuées et de ma propre histoire, je pense sincèrement que les événements traumatiques vécus durant l’enfance et l’adolescence ont un rôle prépondérant, déterminant même, dans l’évolution de l’hypersensibilité et son degré d’intensité. Par ailleurs, l’environnement dans lequel la personne évolue est lui aussi très important, surtout si cet environnement est stressant.

Je précise que lorsque je parle d’événements traumatiques, je ne fais pas forcément référence à des événements douloureux, graves ou atroces. Je fais aussi référence à des événements qui, subjectivement, représenteront un traumatisme pour la personne. Par exemple il peut s’agir de la perte d’un animal aimé, de la séparation de ses parents, du décès d’un proche, de multiples déménagements, d’harcèlement scolaire. La liste est encore longue ! Face à un événement, chaque personne aura un ressenti différent. Certaines seront plus sensibles que d’autres.

Ce n’est pas la gravité de l’événement qui importe, mais l’impact qu’il aura sur la personne elle-même.

Pour finir, j’ai tenu à écrire cet article pour répondre aux éventuelles questions que tu peux te poser. Lorsque j’ai découvert mon hypersensibilité, je me suis demandée depuis quand celle-ci m’habitait. Je me suis posée de très nombreuses questions. Je voulais savoir si ma sensibilité d’aujourd’hui était conditionnée par mes blessures d’hier.

A vrai dire, je n’ai pas encore trouvé les réponses à mes questions car, comme tu as pu le constater, l’hypersensibilité peut trouver sa source dans de nombreux facteurs. Même si j’ai pu comprendre beaucoup de choses sur mon passé et mes blessures, j’ai, à ce jour, encore beaucoup de suppositions.

Toutefois j’ai réalisé que le plus important était, non pas de chercher à découvrir à tout prix la source de mon hypersensibilité, mais d’apprendre à mieux la connaître. 

Je te partagerai, très prochainement, mon témoignage sur les recherches que j’ai menées pour découvrir l’enfant hypersensible que j’étais !

Et toi, as-tu réfléchi aux origines de ton hypersensibilité ? Selon toi, quel facteur ou quel événement aurait pu amplifier ta sensibilité ? 

N’hésite pas à me laisser un commentaire ou à m’écrire un message en me faisant part de ton témoignage et/ou de ton avis ! 

Sensiblement 🌸


2 Commentaires sur “Les sources de l’hypersensibilité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonne-toi à ma newsletter !

Être abonné.e à ma newsletter c'est : être informé.e de la publication des nouveaux articles et recevoir des informations de qualité sur l'hypersensibilité !

Pas de spam, pas d'information inutile et surtout pas de mail tous les jours !