Hypersensible, un parcours professionnel atypique

12 min de lecture

Je me suis rendue compte que même si je parlais régulièrement de mon parcours professionnel atypique en tant qu’hypersensible sur Instagram, il n’y avait pas d’article dans lequel je l’abordais concrètement. 

C’est dommage car je suis certaine que mon parcours atypique et tourmenté fera écho à de nombreuses personnes 😉

Je profite donc du lancement de la newsletter supersensibilité pour te parler plus en profondeur de mon parcours professionnel et de comment je suis passée de juriste déprimée à entrepreneure engagée et épanouie ! 

Hypersensible, quel est mon parcours professionnel ? 🤔

Je m’appelle Jennifer Réthoré, j’ai 28 ans et je viens récemment d’emménager à Bordeaux 🍷. 

Depuis ma reconversion professionnelle, je suis coach spécialisée en hypersensibilité et créatrice de contenu sur les réseaux sociaux sous le pseudo “supersensibilité”.

Sur Instagram et sur mon blog, il me tient à coeur de : 

  • ❤️ sensibiliser sur le sujet de l’hypersensibilité pour aider d’autres personnes hypersensibles à mieux se connaître et se comprendre 
  • mener ma mission de vie qui est celle de redonner une image positive à la sensibilité dans notre société

J’ai créé mon compte Instagram le 26 août 2021 et aujourd’hui c’est près de 150 000 personnes qui suivent mes aventures ! Une ascension fulgurante et à laquelle je ne m’attendais pas du tout même si (je l’avoue) j’en rêvais secrètement car mon objectif premier est de sensibiliser à grande échelle et d’aider le plus grand nombre de personnes.

Pourtant, en avril 2021, j’étais encore juriste en droit du numérique et au bord de l’implosion… 

Mais alors, qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que ma vie prenne un tel tournant ? 

Je te raconte tout dans la suite de l’article 👇🏻

Hypersensible, j’ai eu un parcours professionnel
atypique et tourmenté

La création de supersensibilité est la continuité de mon parcours atypique et tourmenté

Je qualifie mon parcours ainsi car pendant 25 ans, j’ai vécu une vie qui n’était pas vraiment la mienne et dans laquelle je ne me sentais absolument pas à ma place. 

Je me suis toujours sentie en décalage avec les autres

De nature très sensible, je me suis toujours sentie en décalage avec ma famille, avec mes amis (même si je n’en ai jamais eu beaucoup) et le monde de façon générale. Je me sentais différente et les autres me le faisaient également ressentir à travers leurs remarques, leurs injonctions, leurs moqueries. 

On m’a répété toute ma vie : “t’es trop sensible”, “t’as un problème ou quoi ?”, “si tu restes comme ça, tu ne trouveras jamais personne”, “tu prends trop les choses à coeur”, “je plains tes futurs enfants” et j’en passe… 

J’ai alors voulu tant bien que mal masquer cette différence en m’adaptant totalement aux autres et à ce que je pensais qu’ils attendaient de moi pour essayer d’être “normale”. Je vivais tellement à travers leur regard que j’ai complètement fini par m’oublier et perdre mon identité profonde

Cette grande sensibilité incomprise mêlée à une histoire familiale très compliquée et douloureuse (dont je parlerais certainement un jour) a provoqué un profond mal-être en moi, un grand vide qui s’est manifesté de multiples et désastreuses façons : anorexie, scarification, idées noires, pensées suicidaires, troubles anxieux, dépression, dépendance affective et j’en passe… LA CATA ! 

En parallèle de ce profond mal-être, je me suis lancée à contre-coeur dans les études de droit après avoir suivi les mauvais conseils d’une conseillère d’orientation

J’ai mis de côté ma passion pour suivre un parcours universitaire dénué de sens

Mon projet initial était de faire des études de psychologie car j’ai toujours été passionnée par la psychologie et le fonctionnement humain. Lorsque j’ai fait part de ce projet à la conseillère d’orientation, celle-ci m’a rétorqué texto : “ne fais pas d’études de psychologie car il n’y a pas de débouché. Fais plutôt des études de droit”. 

Venant d’un milieu ouvrier et étant la seule de ma famille à m’être lancée dans les grandes études, j’ai tout de suite perçu la fierté dans le regard de mes parents et de mes grands-parents de voir leur fille et petite-fille réaliser des études de droit. Je ne voulais absolument pas les décevoir et cette fierté dont ils faisaient preuve à mon égard alimentait un besoin d’amour immense. 

Je me suis donc lancée dans ces études pour que ma famille soit fière de moi (et je ne leur en veux pas car elle ne m’a jamais obligée !) et parce qu’à 16 ans j’écoutais ce que les “professionnels” me recommandaient de faire.

Ce rendez-vous m’a énormément marqué et avec le recul m’a mise en colère. Pourquoi ne pas soutenir les ados et les enfants à faire des activités qu’ils aiment ? Pourquoi les orienter vers des domaines par souci de respecter des “quotas” ou “parce que ce métier est bien rémunéré” ? 


À quoi bon être riche si c’est pour être malheureux(se) ? 


J’ai donc fait 7 années d’études de droit durant lesquelles j’ai tenté de chercher, en vain, un métier qui pourrait me passionner et me faire vibrer. Un jour je voulais être gendarme, un autre jour magistrate, un autre jour criminologue, un autre jour avocate… Mais rien ne me plaisait vraiment à part la criminologie qui est un secteur très peu connu en France. 

J’ai quand même fini par passer l’examen d’entrée à l’école des avocats en septembre 2018 dans le but de devenir avocate pénaliste. Je l’ai passé à contre coeur, par défaut, car il fallait bien que je trouve un métier à un moment donné. Je n’allais pas faire 20 ans d’études 😂

Le jour des résultats, je priais pour l’avoir raté et je l’ai raté. C’était la première fois de ma vie que j’étais heureuse de rater un examen car j’ai toujours été très scolaire. Je me suis toujours donnée à 100% dans mes études afin d’avoir les meilleurs notes et le meilleur dossier possible (j’étais une « sois parfaite » à fond !!). 

Ce sont dans ces conditions qu’a débuté un parcours professionnel CHAOTIQUE

Suite à cet examen, j’ai arrêté le droit et je me suis lancée en tant…. qu’agent immobilier ! J’avais envie de tester.

Ce fut l’échec total ! Ce métier n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Je pense aussi que je ne suis pas tombée sur la bonne agence ni sur les bonnes personnes. Le patron était gentil mais très froid. Il ne pensait qu’à faire de l’argent. J’étais épiée dans tout ce que je faisais. Il m’intimidait et me mettait mal à l’aise. 

Pendant cette période, j’étais très régulièrement malade. C’est ce qui se passe à chaque fois que je ne me sens pas à ma place ni alignée avec mes valeurs. Mon corps se met à me hurler dessus. Aujourd’hui je l’écoute mais avant je l’ignorais totalement. 

J’ai donc démissionné et repris mes études pour intégrer en septembre 2019 un Master 2 en droit du numérique en alternance. Je me disais que cette fois c’était la bonne et que j’allais bien finir par trouver un métier qui allait me convenir. 

À ton avis, est-ce que ça a fonctionné ? 

Bien sûr que non !! Ce fut encore une fois un échec total. Je détestais l’entreprise dans laquelle je faisais mon alternance, je ne supportais pas l’hypocrisie qui y régnait, je ne trouvais absolument aucun sens dans mes missions, je m’ennuyais à mourir. Bref, la cata ! J’étais incapable de me projeter sur le long terme car incapable de m’imaginer effectuer ce métier durant des années… 

Puis le confinement est arrivé et ça a été un vrai soulagement pour moi. Je n’étais plus obligée de faire semblant et de me forcer. 

Avec le recul, je pense que c’était le parfait moment pour accueillir une nouvelle qui allait changer le cours de ma vie à tout jamais

La découverte de mon hypersensibilité est le premier jour du reste de ma vie.

Au cours d’une discussion avec une amie dans laquelle je lui faisais part, pour la 150e fois, de mes doutes et incertitudes, elle me parle de l’hypersensibilité. Elle me dit que je devrais me renseigner sur ce sujet car elle me reconnaît beaucoup dans ces caractéristiques. 

Ce que je fais et là… LE BOULEVERSEMENT, LE SOULAGEMENT, LA LIBÉRATION. 

Je me comprenais enfin ! Je t’invite à lire cet article si tu veux en savoir plus sur le jour de cette découverte et sur les événements qu’elle a entrainés.

Je me suis alors un peu renseignée sur le sujet mais j’étais encore dans l’optique de finir mon Master, de rendre mon mémoire, de terminer ma fichue alternance et de retrouver un métier dans mon domaine car après tout… Je n’avais pas fait 7 années d’études de droit pour rien, n’est-ce pas ?! 

À la fin de mon master, je retrouve rapidement du travail et j’intègre en décembre 2020 un Ministère en tant que juriste.

La pire expérience professionnelle de toute ma vie mais aussi la meilleure expérience de tous les temps.

Je m’explique : 

  • la pire expérience de toute ma vie car je pense que je ne pouvais pas tomber sur une structure aussi en désaccord avec ma personnalité et mes valeurs. J’y ai seulement travaillé 4 mois mais ça a été assez pour développer des symptômes physiques très intenses. J’étais tellement stressée et révoltée toute la journée que quand je rentrais chez moi, j’avais le visage rempli d’eczéma, ma peau me brûlait, j’avais extrêmement mal au ventre, je pleurais beaucoup, j’étais très fatiguée alors que je ne faisais pas grand chose. Bref, la cata totale ! 
  • la meilleure expérience de toute ma vie car ça a tellement été horrible que ce fut le déclic pour moi. 

Il fallait que je me rende à l’évidence : je ne serais jamais heureuse d’exercer ce métier et de travailler en tant que salariée. 

J’ai donc démission et pris la décision, pour la toute première fois de ma vie, de prendre du temps pour moi et de me rendre heureuse. Je ressentais un besoin vital d’apprendre à me connaître et de trouver ma vraie voie, le métier qui me fera vibrer chaque jour

Le commencement d’un parcours professionnel passionnant, ambitieux et engagé

J’ai alors débuté une introspection via l’écriture introspective pour apprendre à me connaître, à soigner mes blessures du passé et à comprendre enfin qui j’étais réellement. J’ai commencé cette introspection par une lettre que je me suis écrite à moi-même et à relire dans 5 ans (en principe, mais je l’ai relu avant). 

Voici quelques extraits qui, aujourd’hui, prennent tout leur sens… 

J’ai beaucoup pleuré en relisant cette lettre plus d’1 an après… Elle a tellement de sens aujourd’hui…

Je suis allée voir une thérapeute et une coach en leur disant : “je ne veux plus avoir aucun secret pour moi-même, je veux connaître les moindres recoins de ma personnalité”. 

Puis, j’ai ressenti le besoin vital de connaître et comprendre mon hypersensibilité

En parallèle de cette introspection, j’ai commencé à me renseigner énormément sur l’hypersensibilité afin de comprendre comment je fonctionnais. J’y passais mes journées et mes nuits. C’était devenu une obsession. 

Après des centaines d’heures de recherches, j’ai fait plusieurs constats : 

  • L’hypersensibilité a une connotation très négative dans notre société, souvent assimilée à de la sensiblerie, de la fragilité ou de la vulnérabilité alors qu’elle n’est absolument pas ça. De plus, beaucoup d’articles que j’ai lus axaient les informations sur les difficultés et les inconvénients qu’elle entraîne alors qu’elle ne se limite pas à cela. Elle offre également de nombreuses qualités qui sont, je trouve, trop peu mises en lumière. Ce constat m’a agacé.
  • Je me suis également rendue compte à quel point le regard que porte la société sur la sensibilité était négatif. La sensibilité n’a pas sa place dans la société alors que c’est la plus belle qualité humaine, l’essence même des êtres humains. 

Cela m’a révolté car comment pourrions nous être pleinement et entièrement nous-mêmes si l’on nous blâme lorsque nous le sommes ?

Ras-le-bol de considérer la sensibilité comme de la fragilité et l’expression des émotions comme un manque de contrôle !

  • Enfin, je me suis rendue compte qu’il n’existait pas de blog, de site internet consacré entièrement à l’hypersensibilité et qui relayait des informations sérieuses et positives. Comme je n’utilisais pas Instagram ou très peu (de base je ne suis pas du tout réseaux sociaux 😅), je n’ai pas eu, à l’époque, le réflexe de mener mes recherches sur ce réseau. J’ai donc créé le site internet et le compte Instagram sur lequel j’aurais ADORÉ tomber lorsque j’ai commencé à me renseigner sur le sujet. 

C’est ainsi qu’est né supersensibilité : une histoire, une passion, une colère qui se sont transformées en mission de vie

En effet, je me suis donnée comme mission de vie de redonner une image positive à la sensibilité car le rejet de la sensibilité cause d’énormes souffrances. Il ne s’agit pas que de mon histoire mais celles de millions d’autres. 

⅓ de la population serait hypersensible. 

Il est temps que ce regard change pour permettre aux personnes sensibles de s’accepter telles qu’elles le sont. 

En ce qui concerne mon métier de coach, celui-ci est apparu comme une évidence au cours de mon introspection personnelle, surtout que c’était un métier que j’avais déjà en tête. Je n’ai pas trop réfléchi, je me suis écoutée et je me suis lancée. J’ai débuté ma formation de coach en octobre 2021 chez Coach Académie !

Voici mon parcours résumé en quelques lignes. Je ne le changerais pour rien au monde même s’il m’a fait vivre des moments vraiment compliqués. 


S’il y a un message que j’ai envie de te transmettre c’est de croire en toi et en tes rêves. On a en nous toutes les réponses même s’il n’est pas toujours évident d’y accéder. Persévère et n’abandonne jamais. Sois la personne que tu rêves d’être.

Je me suis prouvée à moi-même que les rêves sont réalisables quand on y croit plus que tout et que l’on se donne les moyens de les réaliser ❤️

Je ne dis pas que c’est simple. Cette mission de vie m’a totalement envahie et, par moment, m’a même dépassée. Mais justement, c’est cette même mission qui m’a donné la force de me relever et de persévérer 🙏🏻

Je souhaite à toute personne de trouver sa place et de faire quelque chose qui la rend profondément heureuse car cela n’a pas de prix. 

C’est pour cela qu’aujourd’hui, en tant que coach, j’ai vraiment envie d’accompagner les personnes hypersensibles à trouver le métier qui les fera vibrer grâce à mon accompagnement Métamorphose. Pour en savoir plus sur celui-ci, clique ici et réserve ton appel découverte gratuit ! 

Et toi, quel est ton parcours ? Es-tu parvenu(e) à trouver ta place ? Dis le moi en commentaire 👇🏻

Sensiblement 🌸

📸 : Lucile

13 thoughts on “Hypersensible, un parcours professionnel atypique

  1. Leverrier says:

    Bonsoir A la lecture de vos écrits je me suis reconnue à 100% dans votre parcours. J ai quitté le monde du salariat pr me mettre à mon compte à l âge de 30 ans car je ne me suis jamais sentie à ma place dès que j arrivais quelques part en voulant faire correctement mon travail je l étais l accent sur ce qui n allait pas .. je l exprimais cela ne plaisait pas je partais et après mon départ les choses étaient réorganisées comme je l avais dit bine souvent …
    À ce jour je souffre d être incomprise par mon entourage car j ai beau leur dire que je suis hypersensible ce qui explique bcp de situation vécu dans ts les domaines ..à bientôt 50ans j entend toujours les mêmes réponses que depuis que je suis petite : je ne comprends rien j interprète tout mal je suis trop sensible… aujourd’hui je souhaite repartir dans le métier du bien être et de l énergie en particulier car j ai tjs eu beaucoup de ressenti intuition à vouloir expliquer ce qui se passait sous mes mains lorsque je les posais sur le thorax d une personne pr exemple .. mais je suis perdue car je n arrive plus à gérer ma tristesse mon manque d énergie tellement je dois me battre au quotidien pour tout et contre tous. On dit que je suis sans arrêt dans le conflit mais je déteste l injustice la méchanceté gratuite et l hypocrisie alors oui je dis les choses comme je les ressens sans filtre parfois. Je me sens alors très seule. La perte d emploi la maladie et le divorce ayant fait un vide immense autour de moi..
    Je vous suis tous les jours je vous remercie du fond du cœur pr vos mots car on se sent moins seule.
    J aimerais pouvoir être aider et soutenu par une coach mais je n ai pas bcp de moyen .. je vous souhaite un joyeux noël sincèrement
    Caroline Leverrier

    • Jennifer 🌸 says:

      Bonjour Caroline,

      Merci beaucoup pour votre commentaire qui me touche beaucoup 🙏🏻

      Est-ce que vous vous êtes déjà tournée vers un psychologue/thérapeute par rapport aux difficultés que vous rencontrez ? Je ne peux que vous y inviter à le faire car cela pourra vous faire beaucoup de bien 🙏🏻

      Je vous souhaite beaucoup de courage en tout cas ❤️

      Jennifer 🌸

  2. Fradin says:

    Je suis actuellement professeure de danse et j’ai pris la décision de me reconvertir à 44 ans! Cela fait 20 ans que j’enseigne et je n’en peux plus! C’est un métier très energivore et j’aspire à un emploi qui me permettrait de ne plus travailler en rentrant chez moi, d’avoir également un meilleur revenu. Alors oui je suis contente d’avoir pris cette décision mais je suis aussi terrorisée car j’avais le confort des horaires, la créativité en éveil et une grande liberté puisque c’est une association que j’ai créée.
    Mais je sens que c’est le bon moment même si c’est douloureux de quitter mes élèves. J’aimerais penser davantage à moi.
    Je fais actuellement un bilan de compétences mais je suis déjà attirée par le métier d’assistante dentaire. Et c’est un métier avec des horaires fixes, une hiérarchie donc je perds cette liberté…
    Je fais un stage d’immersion en cabinet la semaine prochaine. Ce sera sûrement décisif dans mon choix.
    Voilà où j’en suis.

  3. Naïssa says:

    Bonjour Jennifer, ton article est tellement parlant ! La sensibilité est tellement mis de côté dans notre société, alors que comme tu dis c’est l’essence même de l’être humain ! Les informations que tu apportes sur instagram et sur ton blog me font vraiment du bien et m’aide à mieux me comprendre. Tu peux être fière de toi pour ce que tu fais !

    • Jennifer 🌸 says:

      Coucou Naïssa,

      Merci beaucoup pour ton commentaire qui me touche 🙏🏻❤️

      Je suis vraiment contente si mon contenu t’aide à mieux te connaître et te comprendre, c’est vraiment pour cela que j’ai créé Supersensibilité ❤️

  4. Claire Belair says:

    Bonjour 🙂 tout d’abord merci beaucoup pour ce partage, en effet , je me retrouve énormément dans votre texte et je pense que beaucoup s’y retrouveront… C’est un sujet tellement tabou et négatif…. Je ne vois pas pourquoi…. Mais bon faut être fort dans la vie, les émotions et la sensibilité c’est pour les chochottes dira t on…. N’importe quoi. Bref un grand merci! 👏🏻👏🏻👏🏻 Je suis dans ce cas de reconversion professionnelle car j’ai quitté mon travail entre autre car il ne respectait plus mes valeurs… Sauf que du coup je ne sais pas du tout vers quoi me tourner…. Pourriez vous d’écrire votre formation de coach s’il vous plaît ? J’imagine qu’à présent vous avez le statut d’auto entrepreneur et non salarié ? Je vous remercie par avance 😘😁

  5. AZZABI says:

    C’est incroyable ce que je lis là, MERCI!
    Merci de créer une page dédié à l’hypersensibilité. C’est ta page instagram qui m’a fait découvrir ce qu’est l’hypersensibilité et je découvre aujourd’hui ce blog.
    Je m’appelle Inès, j’ai 29 ans et cela fais peu de temps que j’ai découvert mon hypersensibilité, grâce à ma thérapeute, lors d’une thérapie car je n’allais pas bien, mais impossible de mettre des mots sur mon mal être.
    Mon parcours à moi fut aussi désastreux que toi… Je suis (j’étais! C’est encore tout frais pour moi) infirmière. Pendant des années j’ai cru que ce métier été fait pour moi, l’envie d’apporter du réconfort, de la bienveillance, du temps pour les personnes dans le besoin. Mais ce n’est clairement pas le seul métier où il est possible d’être tout ca à la fois xD J’ai tellement galéré à accéder à l’école d’infirmière que j’ai voulu aller jusqu’au bout malgré toutes les mises en garde de mon corps (crise de pleure, angoisse, boule au ventre, déprime, crise d’hyperphagie, manque de confiance en moi…) pour la simple et bonne raison que je rendais fière ma famille (en suivant les traces de ma maman notamment) même si tout comme toi, personne je m’a jamais forcé.
    J’ai fini par dévié un petit peu en entrant dans le monde des ambulances, puis à complétement faire une croix sur le monde médical. Une fois seulement m’être rendue compte de ce que je ne voulais pas et grâce au fait que j’avais découvert ou du moins j’étais en train de découvrir qui j’étais vraiment. Je ne savais encore pas de quoi j’avais envie mais je savais pertinemment ce qui n’étais pas fait pour moi.
    Je décide alors (il y a 3 mois maintenant) de tout quitter pour prendre du temps pour moi, pour réfléchir et prendre soin de moi (repos, sport, balade, famille, réflexion). Après 2 mois j’ai décidé de commencer une formation en ligne sur la photographie (après avoir rencontré une photographe qui elle aussi, avait quitté le monde de la santé pour la photo). Je suis actuellement femme de ménage à mi-temps et en parrallèle j’ai attaqué la formation en ligne.
    Je n’ai aucune idée de si cette formation me permettra un jour d’exercer en tant que photographe mais une chose est sur, je n’est jamais été aussi heureuse que aujourd’hui. Envie de me lever le matin, de bonne humeur, confiante pour l’avenir, plus aucune crise d’hyperphagie depuis 3 mois (tiens tiens…) bref je vie !
    Tout quitter pour repartir de zéro à été la meilleure chose que j’ai pu faire. Je ressens pleinement la différence.
    Alors encore merci pour ces articles/post qui m’ont énormément aidé dans ma reconstruction.

    Bien à toi.

    Inès

    • Jennifer 🌸 says:

      Hello Inès !

      Un immense merci pour ce commentaire qui me touche beaucoup ❤️

      Nos parcours sont en effet très similaires et ça fait du bien de se sentir moins seule 🙏🏻

      Bravo pour ton courage d’avoir quitté ton métier pour entreprendre cette nouvelle activité !

      Je te souhaite plein de réussite, beaucoup de bohneur et d’épanouissement dans cette nouvelle vie qui s’offre à toi ❤️

      Je suis vraiment heureuse si mon contenu t’a aidé à mieux te connaître et te comprendre. J’espère qu’ils continueront de t’aider 🙏🏻

      Jennifer 🌸

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscris-toi à ma newsletter !

Reçois, le dimanche soir, des informations et des outils pour t'aider à mieux vivre avec ton hypersensibilité ❤️